Jour : 12 novembre 2017

La porte s’ouvre – 05

Je suis sortie pour aller aux toilettes. Dans le couloir, presque personne, sinon deux types et trois filles qui me regardent. Un des deux types me sourit, il est plutôt pas mal. Un joli visage, une carrure d’athlète. En passant devant eux, je souris à mon tour. Le regard des filles se durcit quelque peu. Jalousie, peut-être. Depuis un mois que je suis arrivée dans ce lycée, je n’ai encore rien fait. Laurence m’incite à me débloquer, mais j’ai un peu de mal. Il faut que je me fasse à l’idée. J’entre dans les toilettes des filles. Personne. Je fais ce que j’ai à faire puis je prends le temps de bien me laver les mains. Ne dirait-on pas que j’attends quelqu’un, ou quelque chose.

La porte s’ouvre, mais ce n’est pas celui auquel je m’attendais qui entre, c’est l’autre. Un type un peu maigre, au visage pâle et le regard vicelard. Sur le moment, ça me dégoute, je suis déçue, et puis je me dis que pour commencer, c’est peut-être ce qu’il y a de mieux. J’en apprécierai d’autant plus les autres.

– Ca va ?

– Oui.

– T’es nouvelle ici ?

– Oui. Je suis arrivée cette année.

– Moi, je suis là depuis deux ans. Tu verras, c’est cool.

– Il parait.

– Tu veux bien…

– Quoi ?

– Me montrer quelque chose ?

– C’est-à-dire ?

– Qu’est-ce que tu as sous ta jupe ?

– Ma culotte.

– Tu veux bien me la montrer ?

photo

Il semble avoir peur que je lui dise non. Cette situation m’émoustille. Le désir me chatouille le ventre. Je me retourne et relève ma jupe.

– Super.

Il déboutonne son pantalon.

– Tu permets ?

Comme je ne réponds pas, il se débarrasse rapidement de son pantalon. Son caleçon fait une grosse bosse. Puis il se dirige vers une cabine.

– Si tu veux bien… Je crois qu’on sera mieux là.

Je le rejoins et ferme la porte.

– Je peux ?

Je ne dis toujours rien. Il glisse, alors, une main dans ma culotte et me pelote les fesses.

– Mmm, c’est bon. Il est super ton cul.

– Ca te fait de l’effet, on dirait.

Il a fait sortir son sexe. Il est dur et bien raide. De son doigt, il titille mon anus. C’est bon, mais je repousse sa main.

– Non. Pas ça.

– Pardon.

Je le fais asseoir et lui tend mon cul qu’il se met à lécher de partout. C’est bon. Je crois que je vais aimer cet endroit. J’ai terriblement envie de le sucer. Je m’agenouille entre ses cuisses et lentement, je commence à le branler. Il ferme les yeux de contentement.

– Mmm, c’est bon. Continue.

Je lui pompe la queue. J’ai l’impression qu’elle est encore plus dure. Il soupire et gémit de plus en plus fort. J’ai terriblement envie de le faire gicler dans ma bouche. Ma culotte est trempée. Je suis super excitée. Je le branle et le suce à fond.

– Ah, c’est bon. Je viens.

Il éjacule violemment en poussant un cri de plaisir. J’avale tout. Ma langue lèche son gland.

– Merci. C’était super. Je vais bien te noter.

– J’espère.

Il se rhabille en vitesse.

– Faut que je file, j’ai cours.

Une fois qu’il est sorti, je ne peux pas résister à l’envie de me caresser. Ma chatte est en feu et je mouille comme une chienne. J’aurai pu lui demander de me baiser. Mais pour une première fois, je n’ai pas osé. Alors je me baise toute seule. Ce que c’est bon de se branler. Je suis super chaude. Mes doigts s’agitent dans ma chatte. Je jouis à plusieurs reprises. Quelqu’un m’a-t-il entendu ? Je sors au bout d’un moment. Personne dans les toilettes. Personne dans le couloir. Je rejoins ma classe.

Publicités