Mois: octobre 2017

J’entre dans les toilettes des filles – 02

J’ai plutôt tendance à porter des vêtements assez amples qui cachent mes formes. Je ne suis pas très jupe, ni très robe. Or, toutes les filles, ici, enfin la plupart pour ne pas dire la grande majorité, s’habillent sexy et portent une jupe. Elles passent leur temps à rire et à se chamailler. Entre elles, mais aussi avec les garçons.

photo

Un jour, vers midi, j’entre dans les toilettes des filles et j’en surprends deux en train de s’embrasser. Je trouve ça dégoutant et j’ai envie de partir. En même temps, je ne suis pas là pour rien. Elles ne sont pas aperçues de ma présence. Je les vois en train de se passer des langues et se caresser. Elles ont remonté leur jupe et palpent leur cul bien rebondi. L’une des deux glisse sa main dans la culotte de l’autre et se met à la masturber. Je me précipite dans une cabine. J’entends des soupirs et des gémissements qui sont de plus en plus fort, de plus en plus intense. Je fais ce que j’ai à faire le plus discrètement possible en me demandant où diable suis-je tombée. J’entends une porte qui s’ouvre et se referme. Discrètement, j’ouvre la mienne. Il n’y a plus personne. Mais j’entends des cris de plaisir qui traversent les murs. Je ne comprends pas. Comment peuvent-elles faire une chose pareille ? Personne ne les entend, personne ne dit rien. D’autres filles entrent. En entendant les plaintes qui s’élèvent, elles pouffent de rire. Elles sont cinq ou six. Pendant que je me lave les mains, je vois une de ses filles s’approcher de la porte et y coller son oreille. Sur son visage se lit une extrême excitation. Je la vois qui met une main dans sa culotte. Elle commence à respirer bruyamment en se mordant la lèvre. Les autres filles la regardent en souriant. J’ai clairement envie de partir en courant.

Publicités

Eva fucks a guy

vidéo

La belle Eva se tape un mec. Magnifique Eva, plantureuse Eva. Je l’adore. Elle est superbe et a un charme fou.

Illustrations

photo

Superbes illustrations vues sur le blog de Caty for you (Femme toride et Lecture de Fanny Hill) que j’ai plaisir à partager ici.

Quand la haine des réseaux sociaux

vidéo

Une vidéo d’utilité publique.

J’ai du mal avec certains réseaux sociaux. Lieux privilégiés où les salauds peuvent se défouler en toute impunité.

Depuis la banalisation du front national, parti qui reste à mes yeux extrêmement dangereux, la haine et la violence se généralisent à la vitesse grand V. La surmultiplication de la communication et des informations de toutes sortes dont on nous abreuve nous empêchent de voir clair, de réfléchir, de faire le tri entre ce qui est important et ce qui ne l’est pas. Les médias, la télé en particulier, ne cherche qu’à nous abrutir davantage – je parle des chaines généralistes telles que TF1 ou France Télévision, les chaines que principalement la plupart des gens regardent parce qu’il est plus facile de s’abrutir devant Patrick Sébastien que devant un documentaire sur Arte. Les journaux ont perdu leur liberté d’expression, ils appartiennent à des groupes industriels. Les médias, comme les gouvernements essaient de nous convaincre que la mondialisation économique et les marchés financiers sont le seul modèle possible, que la croissance est le but à atteindre et qu’elle est sans limite, alors que ce système nous asphyxie et qu’il court à sa perte. Le manque d’intelligence, de lucidité, d’humilité et de respect conduisent notre planète à sa destruction.

Les terroristes islamistes, vecteur de la folie suicidaire et meurtrière des hommes et des femmes nous tuent et cherchent à éradiquer le peu de liberté et de fraternité qui nous restent.

Sortir de cette folie généralisée, envisager autre chose, lutter contre l’argent roi et ceux qui en profitent au détriment du plus grand nombre qui ne veulent que la paix, l’amour, la solidarité entre les peuples.

Mais comment ?

Source : Les fantasmes de Roman

Post remis en ligne.

Je m’appelle Alicia – 01

Cher journal. Mon histoire pourrait commencer de cette façon. Ce n’était pas mon intention première mais au final c’est un peu à ça que ça ressemble. J’écris comme les choses me viennent, aussi ne juge pas trop vite mes qualités littéraires qui sont assez limitées. J’essaie de faire des phrases simples en tachant de ne pas trop dénaturer l’orthographe.

Je m’appelle Alicia, j’ai 16 ans et je vais au lycée. Comme tu pourras le constater, c’est un lycée un peu particulier. Je vis avec ma mère et ma sœur qui est à peine plus âgée que moi, elle a 17 ans. On se ressemble beaucoup toutes les deux, bien que nous ne soyons pas jumelles. Elle s’appelle Amélie. Elle est dans le même lycée que moi, mais pas dans la même classe.

Je suis quelqu’un d’assez timide et d’assez renfermée. Je n’ai donc pas beaucoup d’amis et les gens, ici, me regardent bizarrement, comme si je venais d’une autre planète. Il sera facile de comprendre pourquoi…